mardi 19 mai 2015

Palaia Epidavros : le petit théâtre


Palaia Epidavros, Petit Théâtre

Construit au IVe s. av. J.-C, ce petit théâtre n'a pas eu une très longue vie, puisque Pausanias, qui a passé par Palaia Epidavros au IIe s. ap. J.-C. n'en parle pas. Il a donc dormi très longtemps, recouvert qu'il était par un champ d'oliviers. 

Ce n'est qu'en 1972 que des acteurs du Théâtre National qui répétaient leur texte à l'ombre de ces oliviers, découvrirent qu'ils étaient assis sur du marbre ! En grattant un peu plus, ils se rendirent compte qu'ils avaient affaire à un monument, mais ne s'attendaient à ce que ce fut un autre théâtre ! Et le propriétaire de la maison qui le jouxte encore moins...


Il a été exproprié et les fouilles n'ont cessé depuis lors. 

A l'origine le théâtre était composé de 9 travées et de 18 rangs de sièges et pouvaient contenir quelques 2000 personnes. Sans comparaison donc avec le grand théâtre d'Epidaure, qui lui peut contenir jusqu'à 12'000
spectateurs. 

De nos jours, il est en partie restauré et quelques 800 places sont mises en vente tous les vendredi et samedi soir des mois de juillet et d'août, dans le cadre du festival d'Epidaure. On y présente de la musique, de la poésie, et du théâtre ne nécessitant pas une grande scène. 



Pour aller le visiter, à l'entrée du village, suivre les indications pour l'ancien théâtre. Vous ne pourrez pas y entrer, car il est fermé, mais vous en approcher suffisamment pour pouvoir l'admirer.

Tout autour, les fouilles ne cessent de révéler d'autres vestiges.


C'est une bonne occasion d'observer le travail de patience des archéologues.

5 commentaires:

  1. Ces vestiges sont extraordinairement émouvants . On ne peut s'empêcher de penser à tous ceux qui ont animé et fréquenté ces théâtres antiques !

    RépondreSupprimer
  2. Une découverte merveilleuse !
    Moi aussi, j'admire, et j'adore, le travail des archéologues, encore un métier que j'aurais aimé faire...
    Belle journée, Amartia, amitiés !

    RépondreSupprimer
  3. J'aime beaucoup cet endroit, tu le sais... La maison semble de plus en plus abandonnée, sans ses fleurs. L'olivier aurait-il été coupé? Je me le représentais énorme!

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour, je viens de découvrir votre blog en flânant sur le net, désirant trouver quelques renseignements sur Korfos que j'ai visité cet après-midi et qui ne m'a pas enchantée. Mon mari et moi habitons de temps en temps Epidaure. Je reviendrai consulter votre blog, merci. Brigitte P.

    RépondreSupprimer